Sophrologie pour les aidants familiaux

Page en cours de réalisation.

Qui sont les aidants familiaux ?
sophrologie pour les aidants familiaux
Ils accompagnent au quotidien et assistent un proche malade, handicapé ou âgé en perte d’autonomie. Plus de 8 millions de français sont aidants familiaux et près de la moitié d’entre eux occupent un emploi. Aujourd’hui, un actif sur 12 concilie vie professionnelle et rôle d’aidant familial.

Une plus grande conscience du rôle des aidants familiaux émerge lentement et des actions voient le jour. Les congés de soutien familial et de solidarité familiale, bien que sans solde, peuvent faciliter cet accompagnement pendant un temps. Afin de soulager les aidants, certaines EPHAD accueillent ponctuellement la personne dépendante (droit au répit). Des formations pour les aidants sont proposées par des organismes. Des groupes de paroles ou ateliers se développent.

L’aidant familial s’investit dans ce rôle généralement pour des raisons affectives et également par sens du devoir. La majorité des aidants ne souhaitent pas se faire remplacer auprès du proche accompagné, cependant l’enquête fait ressortir que 33% d’entre eux souhaiteraient souffler quelques heures, voire quelques jours par semaine*.

L’impact de cet engagement personnel auprès d’un proche dépendant est ressenti comme globalement positif par les aidants. Cependant pour ceux qui ont une vie professionnelle, les difficultés mises en avant sont le manque de temps, la fatigue et le stress. Lorsque les aidants sont insuffisamment soutenus, les risques d’épuisement et d’isolement s’accentuent et peuvent nuire à la relation aidant/aidé.

La proposition de l’atelier de sophrologie et cie

La sophrologue Isabelle Bruno est aide soignante aux services de soins infirmiers-à-domiciles de Douai. Une des grandes difficultés de ce poste constitue l’accompagnement des aidants.

Lors ses transmissions au retour des tournées, Isabelle remarque que les transmissions concernant les aidants tiennent une part considérable dans le retour des soignants.
Malgré ce qui est mis en place, ils restent seuls avec leur « devoir ». Ils ne s’octroient aucun moment pour eux et ne veulent pas déléguer. C’est à partir de ces nombreux échanges et constats que l’idée de la sophrologie est venue à Isabelle comme outil efficace pour accompagner les aidants. Elle a souvent discuté avec les différents intervenants de son ressenti à ce sujet. Ce qui lui a permis de valider les faits qui vont suivre.

Difficultés des aidants

. Gérer la situation de l’état général du malade :
Recevoir la souffrance du malade et parfois ses exigences,
Vivre l’altération de l’état général (physique et mentale)

. La fatigue :
Réveil nocturne lié aux besoins, voir aux cris du malade
Insomnie dû au stress de la journée ou à la crainte du besoin du malade non entendu
Gestion de la vie courante autour du malade

. Une perte d’appétit :

. Manque de temps, de goût et d’envie

. Douleur corporelle :
Manipulation du malade dans un état de fatigue physique et mental diminué et sans formation à l’ergonomie.

. Exister / vivre / se récréer :

La vie de l’aidant est liée à celle du malade. Il ne s’autorise aucune action pour eux-mêmes.
Ils sont dans l’attente des différents intervenants paramédicaux et ont perdu le contrôle de leur vie. Toute action est régie par rapport aux soins du malade.
Ils ont peur d’être absents au moment du décès et sont donc dans une attente de l’événement.

Ce qu’apporte la sophrologie :

S’adapter aux difficultés de la situation :

imagesPrise de recul par rapport aux événements, à l’évolution de l’état général.
Accompagner au mieux le malade dans sa souffrance

Fatigue :
Pallier aux insomnies
Préparer le sommeil
Baisser le niveau de stress
Effectuer des pauses physiques et mentales dans la journée
Apprendre la récupération
Évacuer les tensions durant la journée
Réapprendre à prendre du temps pour soi.

Appétit :
Retrouver l’envie de la prise des repas
Reprendre contact avec ses sens et le plaisir qui y est associé
Prendre conscience de chaque instant de plaisir.

Douleur corporelle :
Relâcher le corps
Remise en contact avec son corps
Vivre son schéma corporel
Apprendre à se relaxer.

Se récréer :
S’autoriser à effectuer une action pour soi
Être dans l’instant
Retrouver du plaisir dans l’instant
Être à l’écoute de soi
Accueillir ses émotions et gérer leurs expressions
Prendre conscience du monde.

Contenu de l’atelier de 15 séances d’1h à 1h30.

 7 séances de présence au corps / vivance de son schéma corporel / relaxation
1 séance de retour au plaisir des sens
4 séances ressources, gestion des émotions, récupération
3 séances sur les valeurs existentielles.

Au cours d’une séance :

– un temps avant la séance est consacré à la prise de conscience de son état de l’instant
– un temps pour l’explication du contenu de la séance (mouvement a effectuer )
– un temps après la séance pour partager et déposer son ressenti.

Chaque séance est adaptée à l’état du jour de chacun, ainsi qu’au nombre de personnes.
……………………………………………………………………………………………………………

. Accompagnement des aidants familiaux par l’échange interactif donnant lieu à des conseils pratiques et le recentrage sur soi par la sophrologie avec Isabelle Bruno, aide-soignante et sophrologue : Les mardis, à 14h30.

Manifestez-vous pour former un groupe.
Pour toute information, n’hésitez pas à contacter le 06 81 39 06 73

Ce contenu a été publié dans aidants familiaux, Séances et tarifs, Sophrologie, stress. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.