Pervers narcissique : peut-être l’homme (ou la femme) de votre vie. LM

Pourquoi le pervers narcissique développe t-il tant de masques ?

Pourquoi le pervers narcissique revêt-il tant de masques ?

Par Laurence Mouton, sophrologue et psychanalyste
Avançant masqué, car pas nécessairement violent physiquement, ce profil d’individu est peut-être votre mari, votre petit ami, l’homme* dont vous ne réussissez pas à vous détacher. Si vous sentez qu’il ne vous respecte pas, qu’il vous dévalorise, il y a de fortes chances pour que vous soyez sous l’emprise d’un pervers narcissique. Résister ou fuir ?

A quoi reconnait-on un manipulateur pervers ?
Signes et sensations qui ne vous tromperont pas :
S’épanouissant dans le rapport de force, le manipulateur a toujours raison. Il se régénère dans le conflit avec vous, tandis que vous vous épuisez inexorablement. Il vous abreuve de reproches, vous donne des leçons au sujet de vos incompétences, mais ne supporte en aucune façon la critique.

Il change d’avis au rythme de ses intérêts. Vous vous sentez déstabilisée par ses revirements de position et d’humeur. Parfois gentil, parfois narquois et méprisant.

Il n’agit que par intérêt personnel. Il est incapable d’amitié et d’histoire d’amour désintéressée, de reconnaître les besoins d’autrui, en un mot d’empathie. Comme il se sent chroniquement vide, il ne peut pas se représenter l’amour. Comme l’explique la psychiatre Marie-France Hirigoyen dans son ouvrage de référence sur le sujet, Femmes sous emprise, « Les narcissiques ne sont pas demandeurs d’amour, mais d’admiration et d’attention, aussi ils utilisent le partenaire tant qu’il les valorise et le jettent, quand celui-ci cesse d’être utile ».

Le pervers narcissique sera particulièrement animé quand il s’agit d’exposer ses exploits, son histoire, notamment douloureuse car il aura pu lui arriver de se sentir victime ou de l’exprimer pour intéresser ses interlocuteurs ou une nouvelle conquête. Le manipulateur cherche à donner une bonne image de lui en public. En revanche, vous pourrez remarquer son manque d’intérêts pour les autres et vous en particulier. Quand vous lui parlez de ce qui ne le concerne pas directement, il peut montrer des signes d’impatience en vue de vous mettre sous tension, bailler, voire même s’endormir…

Il ne s’aime pas
Il est uniquement centré sur sa personne. Narcissique, et donc en apparence satisfait de son image idéale, il cherche à plaire à la majorité. C’est un séducteur. Ainsi, il pourra se montrer dans de nombreuses circonstances sympathique, généreux, serviable, digne de confiance, voire « sauveur ». En réalité, il ne se sent exister que par le regard de l’autre. Doté d’une faille narcissique abyssale, il se sent au fond de lui dépourvu de valeur. C’est pourquoi il redore son blason en grimpant les échelons professionnels, parfois avec le soutien de ses cibles (relire le magistral Bel Ami de Guy de Maupassant). On le retrouve bien souvent à des postes clefs dans les entreprises, les administrations, les clubs d’entrainement sportif, voire aussi chez les artistes ayant besoin d’être admirés. Il est mégalomane. Il ne sait pas qui il est et ce qu’il ressent vraiment. C’est pourquoi, vous pourrez facilement vous sentir désappropriée de vos idées et pensées. Puisqu’il se vit intérieurement vide, il se nourrit de votre énergie, de votre rayonnement. Il vous exploite, vous pompe et peu à peu  dénigre votre parole puisqu’il ne se sent pas à la hauteur.

Il choisit donc généralement des personnes cibles qui le mettront en valeur. Sa partenaire sera plutôt douce, coopérative, vulnérable, gentille, fragile et très amoureuse, de manière à ce qu’il puisse l’instrumentaliser à son gré – souvent le terrain fragile de la cible a été préparé inconsciemment par les parentsLe pervers narcissique est expert dans le repérages des failles de l’autre qu’il pourra exploiter. Il choisira, par exemple, une femme à un moment de sa vie où elle est affaiblie par un chagrin d’amour, un manque d’intérêt de son conjoint actuel, un deuil, un licenciement. Il arrive même parfois qu’il soit à l’origine de la séparation. Sans scrupules puis-qu’uniquement porté par ses propres intérêts, il peut avoir séduit une femme qu’il savait mariée en lui présentant sa face la plus touchante, tendre, drôle et attentionnée. Au moment où la séparation est actée, il montre alors son vrai visage. Le piège se referme. L’enfer peut commencer pour sa proie.

Vous êtes son objet
Si vous êtes sa cible, vous êtes ni plus ni moins son objet. Comme vous lui appartenez, il cherchera à vous posséder pour lui seul, même s’il a d’autres conquêtes par ailleurs. Comment ? D’abord en vous séduisant, par exemple avec les mots que vous voulez entendre, en vous offrant des cadeaux, en étant serviable, en se montrant tout simplement amoureux. Puis, une fois prise au piège, il dédaignera votre entourage, votre famille, vos amis, vos collègues. Et surtout, affaiblira votre estime de vous-même. Il dévalorisera systématiquement vos choix et votre personne dans toutes ses dimensions, de manière à ce que vous finissiez par ne plus vous aimer et vous sentir aimée. Vos arguments pour vous défendre se retourneront contre vous puisque la mauvaise foi est inscrite dans sa personnalité. Souvenez-vous que vous avez toujours tort et que vous êtes à l’origine des problèmes. Vous commencerez alors effectivement à vous isoler, peut-être vous désociabiliser, à entrer en dépression. Vous pourrez peut-être vous sentir laides, moins désirable et respectée, inapte, insipide, épuisée, perdue, rejetée et récupérée au gré de ses humeurs. Votre monde sera totalement transformé. Alors que vous aurez l’impression que tout a changé, en fait, vous serez tout simplement l’objet d’une opération de destruction lente. Ces techniques manipulatoires peuvent parfois amener la victime qui se sent tant dépréciée au suicide.

Comme votre manipulateur ne se remet jamais en question, vous serez systématiquement en faute. Il vous le fera savoir, accentuera votre sentiment de culpabilité. A tel point que vous finirez par ne plus savoir penser et agir librement. Conditionnée, et cela même si vous n’avez commis aucune erreur, vous vivrez avec l’impression permanente d’être coupable sans en connaître la cause. Très toxique, ce sentiment est en réalité un poison dangereux. Il génère une grande fatigue morale et physique. Vous vous affaiblissez de jour en jour.

Il vous isole
Ainsi que le manipulateur critique systématiquement vos proches et vos collègues, il peut aussi jeter l’opprobre sur vous. Ainsi, il pourra à votre insu se montrer victime et sensibiliser votre entourage à la difficulté de vivre à vos côtés : « Elle se plaint en permanence ». « Elle n’est jamais contente », « Elle cherche toujours le conflit. C’est devenu insupportable». « Elle est toujours fatiguée », « Elle a toujours mal quelque part », « Je m’interroge sur sa santé mentale…» ou encore « Je n’en peux plus, il faut que ça s’arrête ». Avec ce genre de disqualifications, vous pourrez ressentir un évitement de la part de votre environnement, dont parfois vos propres enfants à tous les deux, être de moins en moins invitée. Votre compagnie ne sera plus autant recherchée. On vous demandera moins votre avis. Vous ressentirez un malaise, de l’incompréhension et une solitude générale. Quant à ceux qui ne seront pas rentrés dans son jeu, ils seront progressivement désapprouvés et finalement écartés. Vous avez perdu le contrôle de votre personne. Vous vous interrogez sur la réalité de vos impressions : « Ne serait-ce pas lui qui a raison ? Ne suis-je pas paranoïaque ? ».

Le manipulateur pervers vit dans un monde binaire où il se voit gagnant. Sa cible est forcément perdante, ce qui, consciemment ou non, lui procure une grande jouissance. Plus la victime s’affaiblit, plus il gagne en confiance. A ses yeux, il n’y a pas de gagnant-gagnant, mais seulement un gagnant et un perdant. Il ne reconnait rien d’autre entre deux personnes que la lutte de pouvoir. Quand il ne domine pas un individu et son environnement, il trompe les autres sur qui il est, tant il ne s’aime pas. Il vit toute réussite des autres comme un échec personnel.

Quand, en tant que victime, vous vous sentirez au bout du rouleau, dévitalisée, sans plus aucune envie de vivre et que votre système immunitaire sera suffisamment affaibli pour ne plus être digne d’intérêt aux yeux de votre bourreau, il aura cassé son jouet. Il pourra ainsi sans regret en choisir un autre avec ses techniques éprouvées sur vous.

Il y a des moyens de sortir de cette interdépendance avant qu’il ne soit trop tard. La première étape consiste à en prendre conscience. Ce qui n’est pas nécessairement facile en tant que principale intéressée. Ensuite, il s’agira de renouer avec votre être profond, d’apprendre à écouter vos besoins afin de faire les bons choix, et en particulier les vôtres. Fuir ou apprendre à résister ? Quelque soit le changement pour lequel vous opterez, vous vous reconstruirez peu à peu avec une meilleure confiance en vous.

*Même si nous parlons ici des hommes, rappelons que les femmes sont également touchées par ce trouble de la personnalité de plus en plus fréquent.

Quels sont les enjeux du manipulateur pervers ?
Le manipulateur dissimule son anxiété et sa mésestime de lui-même par le contrôle excessif de son environnement. Il se rehausse en particulier à travers sa cible. Tellement englué dans son système de protection, il ne réalise pas les blessures psychologiques qu’il fait endurer à sa victime, qui de toute façon n’a pas d’existence propre à ses yeux. Elle est le réceptacle de sa colère contre lui-même. Cette violence gratuite est d’autant plus perfide qu’il la nie ou accuse sa victime d’en être l’investigatrice. Sur fond de déni permanent, le pervers narcissique maintient sa toute-puissance sur sa partenaire de plus en plus dépassée, écrasée. Sans témoins de ces scènes de domination abusives et répétitives, elle est amenée à douter de la réalité, de son propre discernement. Elle se sent perdue et seule.

Thérapie de groupe pour hommes et femmes

PERVERS(e)S  NARCISSIQUES
Harcèlement moral, professionnel et/ou familial
Résultat de recherche d'images pour "harcèlement moral"

Identifier les mécanismes et les motivations.
Comment et pourquoi s’en protéger au plus tôt ?

Mercredi 16 novembre, de 14h30 à 17h15
Guidée par Laurence MOUTON, psychanalyste et sophrologue

30 € la séance. Tarif réduit : 25 €. Places limitées à 6 personnes

 

Ce contenu a été publié dans Confiance en soi, dépendance affective, pervers narcissique, psychanalyse, psychothérapie, Sophrologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Pervers narcissique : peut-être l’homme (ou la femme) de votre vie. LM

  1. Ping : Conséquences de la maltraitance sur l'enfant. - Sophrologie, Yoga, thérapies et cie Laurence MoutonSophrologie, Yoga, thérapies et cie Laurence Mouton

Les commentaires sont fermés.